:: Avant toute chose :: Les bases :: Le monde de 2112 :: L'atlas Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
La République du Nord
avatar
Messages : 110
Points : 473
god o mighty
La République du Nord



La République du Nord rassemble ce qui fut autrefois l'Angleterre, l'Irlande, le Danemark, la Norvège, la Finlande, la Suède et l'Islande. Ces pays ont toujours connu une certaine prospérité, bien qu'ils aient souffert de la montée des eaux ; en effet, la République du Nord est aujourd'hui surtout composée d'îles artificielles. Il reste très peu de terres vivables, que les entreprises se disputent à l'état ; celui-ci tente en effet de satisfaire le peuple, converti à l'Ásatrú et réclamant que ces terres soient désormais protégées. Bien que le pays manque de certaines ressources et dépende du commerce, il compense cette faiblesse en étant à la pointe de la technologie - au point de faire concurrence au Consortium Suisse. Quand à la population sorcière, elle était autrefois très présente mais nombreux sont ceux à s'être exilés à la Colonne quand les catastrophes naturelles ont commencé à frapper cette partie du globe, et ceux qui restent ont décidé de faire profil bas ou de s'intégrer aux non-sorciers.

POLITIQUE
Ces 7 états du Nord se sont rassemblés en une république constitutionnelle fédérale, aussi appelée la Ière République du Nord. Toute trace des anciennes monarchies a disparu au fil du temps et des ravages de la guerre. Le président y est élu par suffrage universel et le pouvoir d'élaborer des lois est réparti entre le corps législatif central, situé à Oslo, et les assemblées législatives des différents états. Les frontières de ces 7 territoires n'ont plus rien à voir avec celles d'avant la troisième guerre mondiale. Quand à la politique sorcière, il a été décidé rapidement de suivre l'exemple moldu et de s'unir sous un même gouvernement. L'Islande étant le territoire où les sorciers ont toujours été le plus intégrés et appréciés par les non-sorciers, le Ministère de la Magie fut installé à Reykjavik.

MŒURS et informations complémentaires
la transition pré à post-révélation du secret magique
Peu de choses ont changé depuis la destruction du Secret Magique. L'état a fait des déclarations prudentes sur le sujet, déclarant notamment que tant qu'aucun sorcier ne causait de problème, ils ne seraient pas pris pour cible. Quelques sorciers courageux ont décidé de crier leur nature au grand public et les réactions à leur égard sont variées. Le cœur de la communauté reste cependant bien caché, encore trop engoncé dans ses vieilles habitudes prudentes, et certains ont même déserté leurs installations pour mieux se fondre dans la masse. La protection du Secret Magique a toujours été une priorité, notamment pour l'ancienne Angleterre, et cette obsession est restée dans les mœurs.
les non-sorciers
Les non-sorciers y sont indéniablement respectés par les sorciers, d'autant que c'est grâce à la technologie que cette partie du globe est encore vivable.
les sorciers
Les saxons et les nordiques ont du mal à se départir des vieilles habitudes, aussi subsiste-t-il quelques familles qui se vantent d'un sang parfaitement pur. Elles sont cependant regardées avec méfiance plus qu'avec respect par la Colonne, celle-ci ayant pris des mesures il y a longtemps pour faire disparaître les différences de traitement entre purs et mêlés. Il n'empêche que nombreux sont les membres de ces familles à avoir une place au gouvernement.
les nés-moldus
Officiellement, les nés-moldus sont au même rang que les autres sorciers. En vérité, le rejet persiste envers et contre tout, insidieux et présent dans la conscience collective malgré les tentatives de la Colonne pour l'éradiquer. Autrefois un représentant de Poudlard, puis de Tahoera’a à partir de 2045, se présentait aux familles ayant un enfant sorcier. Depuis la destruction du Secret Magique, le Ministère de la Magie travaille sur la mise en place d'un programme visant à rassurer les moldus et à les informer en douceur sur la marche à suivre si leur progéniture se découvre doué de magie.
le canon de la famille
Le modèle considéré comme normal, chez les sorciers comme chez les moldus, est celui du couple monogame - qu'il soit hétéro ou queer. La diversité des sexualités et des identités du genre sont entrées dans les mœurs depuis longtemps, seules quelques familles gardent leurs convictions rétrogrades (les quelques catholiques subsistant chez les moldus, les plus purs chez les sorciers). Le mariage (païen cependant, depuis la montée de l'Ásatrú) est encore perçu comme important pour avoir une famille solide, de même que la fidélité. Les amours non monogames sont regardés comme des étrangetés bien que tolérés.
la topographie, les infrastructures, l'économie
Tout le fonctionnement de la République du Nord dépend de sa technologie. Les îles artificielles, développées depuis les années 2040, lui sont vitales puisqu'elles représentent environ 80% de sa superficie. Aucune agriculture n'est plus développée depuis longtemps, aussi le pays se repose-t-il sur ses accords commerciaux avec la Fédération Chinoise ainsi que sur les réserves de pétrole qu'il exploite. La pêche est également un pilier de son économie, mais il est annoncé que ses mers seront vidées d'ici moins de trente ans - sans parler des risques liés à la pollution radioactive de l'Europe.
la technologie
Avant d'être rattrapée par le Consortium Suisse, la République du Nord fut longtemps à la pointe de la technologie et de la science. 50% des nouvelles technologies découvertes ces dernières années sont surtout développées en République du Nord. Les prothèses, implants et améliorations corporelles y sont omniprésents.
la magie
L'avis de la population nord républicaine sur la magie est très varié, d'un état à l'autre, d'un pan de la population à l'autre. L'Islande, la Suède, la Norvège et la Finlande sont les plus tolérants. Pour les autres, la méfiance est de mise, et le Ministère de la Magie se félicite d'avoir choisi de déménager à Reykjavik après la troisième guerre mondiale. Aussi l'usage de la magie est discret et raisonné ; on n'agite pas sa baguette à la moindre occasion.

RELIGION
Qu'est-ce que l'Ásatrú ?
Là où la majorité des religions sont tombées dans l'oubli - à de rares exceptions -, un culte est sorti du néant dans lequel le catholicisme l'avait envoyé ; la religion nordique ancienne, aussi appelée Ásatrú, reconstituée tant bien que mal à partir de textes comme l'Edda poétique. À l'origine, le but n'était pas de créer de véritables croyants mais plutôt de s'inspirer des valeurs véhiculées par ces vieilles croyances. Pourtant aujourd'hui, il s'agit en République du Nord de la religion la plus pratiquée puisqu'elle a trouvé un nouvel écho. L'Islande compte le plus d'adeptes, puis la Norvège, la Finlande, la Suède et le Danemark. L'Irlande et l'Angleterre sont les pays comptant le moins d'Ásatrúar, nom donné aux pratiquants de l'Ásatrú.
Comment pratique-t-on l'Ásatrú ?
Les Ásatrúar se réunissent en petits groupes nommés en anglais « kindred » signifiant « parenté ». Dans un sens plus large, le mot « hearth » peut aussi être utilisé pour désigner un de ces groupes, ce qui signifie un « foyer » au sens d’une unité composée de personnes vivant dans un même lieu. Les kindreds ne sont pas gérés par une autorité centrale suprême et aucun dogme ne vient restreindre leur liberté. L'Ásatrú a pour particularité de ne pas être régie par des codes très stricts, chaque région voir chaque kindred ayant sa manière de le pratiquer. Certaines pratiques sont toutefois récurrentes et se retrouveront partout, avec des variations.
- La croyance en de « nobles vertus » en guise de code d’éthique, pour certains pratiquants. Les plus courantes étant les suivantes :
La force est préférable à la faiblesse ;
Le courage est préférable à la couardise ;
La jouissance est préférable à la culpabilité ;
L’honneur est préférable à la honte ;
La liberté est préférable à l’asservissement ;
La parenté est préférable à l’aliénation ;
Le pragmatisme est préférable au dogmatisme ;
La vigueur est préférable à la paresse ;
L’ascendance est préférable à l’universalisme.
- Pour les plus rigoureux, l’étude de l’histoire, de la civilisation et des langues scandinaves dont l’islandais, le danois, le suédois, le féringien, le nynorsk, le bokmål, le gutnisk et l’övdalsk par exemple, ainsi que le vieux norrois.
- La croyance en l’existence des neuf mondes représentés par l’arbre Yggdrasil.
- La croyance en un panthéon majeur propre aux peuples scandinaves (Ases et Vanes).
- La croyance en un panthéon mineur (les elfes dit Alfar, les Valkyries, les Landvættir, etc.)
- Le culte des ancêtres.
- L’étude et l’utilisation des runes.
Deux rites, surtout pratiqués au sein du kindred :
- Le blót. Bien que le mot blót renvoie à l’idée de sacrifice, il faut le prendre au sens de « vénération ». Il constitue un rite autrefois pratiqué dans le but de renforcer le pouvoir d’une divinité par l’entremise d’un liquide sacrificiel : bière, hydromel, vin et sang notamment. Ce rituel peut être très formel, mais l’idée sous-jacente ressemble davantage à une invitation d’un membre de la famille à sa table que d’une messe. Nourriture et boissons sont souvent offertes à cette occasion. La plupart seront consommées par les participants et la partie destinée à la divinité sera versée dans un puits sacrificiel nommé blótkelda ou dans une source sacrificielle nommée blótgröf. La boisson traditionnelle à cette occasion est l’hydromel ou la bière.
- Le symbel (vieil anglais) ou sumbl (vieux norrois) est un rite d’inspiration traditionnelle autrefois nommé drekka mini (« boire à la mémoire de ») dans lequel une boisson est passée d’une personne à l’autre d’une assemblée réunie en cercle. On s’assoit souvent deux par deux selon un tirage au sort, puisqu’on fait confiance par-dessus tout aux arrêts du destin. Il est convenu qu’on s’assoie en couple, souvent homme et femme. Chacun doit vider la moitié de sa corne et si quelqu’un manque à boire sa ration, il peut en résulter de chaudes disputes. Si quelqu’un veut davantage prouver sa valeur, il peut s’il le désire boire la corne au grand complet.
- Le culte de la Nature, adorée et sacrée. Cet aspect est exacerbé de nos jours, suite à la perte de la majorité des terres au profit d'îles artificielles. L'Islande étant la seule région à n'être constituée que de terres (puisqu'elle a refusé de construire des îles et a ainsi perdu 40% de sa superficie d'autrefois), elle est désormais un lieu de pèlerinage, profondément respecté et où l'on se rend pour célébrer la Nature. La plupart des kindred de République du Nord y font un voyage tous les 4 ans, où ils sont accueillis dans des temples spécialement conçus à cet escient.
En savoir plus
Il est important de noter que dans la religion Ásatrúar, les Ases ne sont pas des êtres infaillibles ni même immortels et on ne les adore pas avec soumission. Ils sont plus considérés comme des amis dont la sagesse et la puissance peuvent venir en aide à point nommé. De plus, les dieux du Nord ne sortent pas tout en armes de la tête de leur géniteur et ne restent pas immuables devant le passage du temps. Ils sont le produit de leur existence. Les hommes, créés par Óðinn et ses frères, sont très proches des dieux, par leur comportement et les relations hommes/dieux sont, en quelque sorte, familiales. À la différence de la plupart des autres religions, la religion Ásatrúar, depuis son origine, ne comporte aucune liste de comportements à proscrire. La recherche d’un compromis entre la liberté et la responsabilité est en revanche un thème central. De même, cette religion voit d’un assez mauvais œil le prosélytisme. Le croyant doit venir de lui-même. Bien qu’elle descende d’une culture guerrière, l’Ásatrú n’est pas une religion misogyne : Óðinn fit l’homme et la femme de deux branches distinctes : Askr et Embla. La déesse de l’amour est également une déesse guerrière et dans l’Antiquité nordique, hommes et femmes pouvaient être appelés à se battre. C’est pourquoi hommes et femmes sont considérés à de nombreux égards comme égaux, bien que différents, et les femmes ont un rôle important à jouer dans les rites Ásatrúar.
L'Ásatrú et les sorciers
Les sorciers le désirant ont rapidement trouvé leur place dans ce culte, sans pour autant briser le Secret Magique. Certains d'entre eux, en particulier les plus fervents, sont devenus völva (völur pour les hommes) et maîtrisent à présent le chamanisme nordique (par exemple le Seydr, une transe visant à connaître le destin, ou encore à changer le chaman en animal). Plus généralement, il est très bien vu dans la société magique du pays de faire partie d'un kindred depuis que le Ministère de la Magie et la Colonne l'ont encouragé. Le rôle du sorcier au sein d'un kindred est de veiller sur les non-sorciers s'y trouvant, mais surtout de créer une communauté à la fois sorcière et non-sorcière. C'est la raison pour laquelle la destruction du Secret Magique n'a pas créé autant d'esclandres que dans d'autres régions du monde : les sorciers sont présents dans chaque communauté ou presque. Ils sont vos voisins, vos amis, si bien qu'il est plus difficile de les rejeter.
L'Ásatrú et la technologie
On pourrait aisément imaginer que l'Ásatrú entrerait en contradiction avec les nouvelles technologies et le danger qu'elles représentent pour la nature, cependant les Ásatrúar ne mènent pas une guerre contre la technologie, loin de là. L'Ásatrú est une religion pragmatique par essence, hors la technologie est pour le moment vitale à la République du Nord. Protéger ce qu'il reste de la nature, et lui permettre progressivement de reprendre ses droits, est ainsi l'objectif de la plupart des Ásatrúar - à l'exception de certains extrémistes très mal perçus par le grand public et prêts à tout pour empêcher l'essor technologique du pays. De la même manière, les implants et améliorations physiques ne sont pas considérées comme contradictoires avec l'Ásatrú puisque c'est la main de l'homme qui les a créé. Tant qu'ils ne détruisent pas davantage la nature et que leur usage ne sert pas à l'asservissement du peuple, ils ne sont pas vus comme néfastes.
Les leaders religieux
Ils n'existent pas. Plutôt que des leaders religieux, ce sont des chercheurs s'étant penchés sur les textes anciens comme l'Edda poétique et l'Edda de Snorri, qui sont considérés avec respect. Leurs écrits et leurs paroles servent de socle à la plupart des pratiques des Ásatrúar mais leur voix n'est pas sacrée ni même prise au pied de la lettre. Ils sont écoutés mais n'ont aucun pouvoir concret.

DATES IMPORTANTES
2030 - premiers implants : Les premiers implants technologiques se démocratisent. La Suisse et la Norvège en sont les précurseurs. Pour des questions éthiques, la pratique reste longtemps controversée.
2036 - première île artificielle : Face à la montée des eaux, l'Angleterre se lance dans la création de sa première île artificielle. Ses voisins ne tarderont pas à suivre son exemple.
2048 - unification : La Finlande, la Norvège, la Suède, le Danemark, et l’Islande se rejoignent officiellement pour créer la République du Nord. Ils arrivent à s’imposer en tant qu’hypercentre technologique. Dans le même temps, la communauté magique suit cet exemple et s'unifie sous la houlette du Ministère de la Magie britannique - celui-ci pousse les dirigeants de l'Angleterre moldu à faire de même, mais le pays s'accroche à son indépendance.
2050/2060 - montée de l'Ásatrú : La République du Nord, à présent surtout composée d'îles artificielles, traverse une crise éthique. Les peuples, pour la plupart très proches de la nature jusqu'à présent, vivent mal ces changements et le sentiment de culpabilité qui en découle. La croyance en l'Ásatrú, prônant la Nature comme sacrée et adorée, monte en flèche et apporte aux peuples un peu d'espoir. En 2059, suite à une série de manifestations, les terres sont déclarées comme appartenant à l'état et sous leur protection. La destruction de toutes constructions humaines sur celles-ci commence ; un chantier qui n'est pas terminé encore aujourd'hui, la troisième guerre mondiale l'ayant interrompu. D'autant qu'un bras-de-fer s'est lancé entre l'état et les entreprises les plus puissantes du pays, celles-ci faisant pression pour récupérer ces zones. Encore aujourd'hui, les procès s'enchaînent, les pots-de-vins passent de main en main... Cette lutte est sur toutes les lèvres et nul ne semble pouvoir en prédire le dénouement.
2064 - entrée de l'Angleterre : L’Angleterre, qui a dépensé toutes ses ressources à survivre à la troisième guerre mondiale et à la montée des eaux, n’a d’autre choix que de se rattacher à la République du Nord.
2066 - déplacement du Ministère de la Magie : Un spécialiste des moldus tire la sonnette d'alarme, annonçant la destruction prochaine du Secret Magique grâce à la technologie. Le Ministère de la Magie décide de se relocaliser à Reykjavik, au cœur d'un pays dont la forte croyance en l'Ásatrú rend le peuple plus susceptible d'être accueillant envers les sorciers.
Dim 28 Oct - 13:26
Voir le profil de l'utilisateur http://casibellorum.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: