:: Avant toute chose :: Les bases :: Le monde de 2112 :: La bibliothèque Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Les écoles de magie
Casi Bellorum
Messages : 110
Points : 625
god o mighty
Les écoles de magie


En 2045, le Conseil des Nations Sorcières décida de centraliser les écoles. D’un côté, un nouvel institut magique fut créé à la Colonne - de l’autre, Uagadou fut agrandi. Les deux écoles accueillent depuis la très grande majorité des étudiants sorciers du monde entier. Il fut demandé à toutes les autres écoles ayant résisté aux dommages de la guerre (Durmstrang, Ilvermony, Poudlard, Mahoutokoro) de fermer. Seule Durmstrang s’y opposa, et persiste aujourd’hui à exister pour quelques dizaines d’élèves. Il n’y a plus de nouvelles de Castelobruxo (Brésil) ni des écoles de magie australiennes. Des années après sa fermeture, Mahoutokoro est devenue le cœur de la résistance contre les mesures anti-sorciers de la Fédération Chinoise.

Tahoera’a (l’unification, en tahitien)
École de magie de la Colonne
Construite en 2045 au cœur même de la Colonne, Tahoera’a est le symbole de l’évolution du monde magique et de la volonté du Magisterium d’unir celui-ci. Des sorciers de toutes origines étudient dans cet établissement dont l’architecture a été pensée pour gagner autant d’espace que possible, la Colonne ne s’étendant que sur une zone limitée. Toute en hauteur, Tahoera’a est faite de fines tours taillées dans un mélange de métal et de coraux divers. Celles-ci se rejoignent par des passerelles de corde bien plus solides qu’elles n’en ont l’air au premier coup d’œil. Il est tout de même déconseillé de courir le long de celles-ci, bien qu’un sortilège soit mis en place pour éviter les chutes. L’assez récente création de l’école fait qu’elle n’est guère hantée que par un fantôme, celui de sa première directrice.
À Tahoera’a, on étudie tout, ou presque. L’inscription est gratuite et les étudiants logés et blanchis. Quelques matières moldues se mélangent à celles magiques, et les enseignants viennent de partout pour apporter leurs connaissances. Seule la magie noire y est formellement interdite.

Durée du cycle : De 11 à 17 ans
Méthode de recrutement : Un courrier, méthode ancestrale, surtout significatif parce qu'on peut le conserver comme souvenir de changement de vie.
Uniformes : Tenue noire sur chemisier blanc, cravate et écussons turquoises rappelant le thème de l’Atlantide, gravés d’une rune différente selon l’année d’étude. Jupes ou pantalons au choix qu’importe le sexe. Nul besoin d’écharpes ou de pull puisque la température est constante toute l’année.

Uagadou
École de magie d’Afrique Unie
L'École de Magie de Uagadou a acquis une renommée internationale au cours de ses mille ans d’existence et sa particularité principale réside dans le fait que les baguettes magiques n’y ont été intégrées qu’au début du XXème siècle. Elles ne sont pour eux qu’un outil, un catalyseur pour augmenter la précision et la puissance d’un effet mais en rien une fin en soi. Les sorciers du reste du monde vouent un immense respect à leur baguette, comme une extension d’eux-mêmes quand, en Afrique, on y voit une arme comme une autre, aisément remplaçable. Autrefois, il n’était pas rare que les étrangers s’offusquent de voir des sorciers user de tours au nez et à la barbe des moldus, via des pratiques qu’ils ne comprenaient pas. Nombre d’entre eux ont été accusés de violer le Code International du Secret Magique et on suppose que l’idée selon laquelle une sorcière peut vous ensorceler du bout des doigts dans le folklore moldu vient de ce fait particulier. Astronomie, Alchimie et Métamorphoses sont leurs domaines d’excellence, le centre de leur éducation magique, essentiels à leur évolution et à leur réputation. Un élève de Uagadou a pour premier objectif personnel - dans la majorité des cas, afin d’être respecté par la communauté - de devenir animagus. Le plus grand défaut des anciens étudiants est sans nul doute le refus des contraintes, eux qui sont élevés dans la liberté, ils détestent les règles ou qu’on leur dicte leur conduite, encore plus qu’on leur affirme que quelque chose est contre nature ou impossible.
Depuis l’agrandissement de l’établissement, et l’arrivée massive d’élèves d’autres nations magiques, de nouvelles formes de magie plus classiques et appréciées en Europe ou ailleurs, ont été introduites. Mais la majorité des élèves africains délaissent ces classes. Qui plus est, l’apprentissage de la magie sans baguette est difficile d'accès aux sorciers étrangers, les enseignants en gardant jalousement les secrets. De la même manière, un étudiant d’Uagadou n’étant pas africain et entreprenant de devenir animagus sera vu d’un mauvais œil.

Durée du cycle : De 11 à 17 ans.
Méthode de recrutement : Un messager des rêves envoyé par la directrice ou le directeur en fonction, méthode très mystérieuse et dont on n'explique pas un fait surprenant : au réveil, une pierre est déposée sur la table de chevet du futur élève, gravée au nom de l'établissement.
Uniforme : Aucun, c'est très occidental comme système.

Durmstrang
École de magie russe
Malgré l'insistance de la Colonne et l'arrivée à un accord entre toutes les autres communautés magiques, celle de Russie s'est entêtée dans ses convictions : la fermeture de Durmstrang relevait, à leurs yeux, du plus grand des blasphèmes. Leur école, la meilleure d'entre toutes, fermer ses portes au nom d'une pseudo unification ? Impossible. Les sorciers de Russie étant déjà incapables de s'entendre entre eux - s'entendre avec les autres communautés magiques, c'était trop leur demander. Durmstrang a donc persisté, tant bien que mal, et aujourd'hui la déchéance de la société sorcière russe se reflète sur son école : les prix d'inscription ont drastiquement augmenté faute de moyens pour financer les programmes. Résultat, l'école qui était déjà réservée à une élite, n'est à présent plus fréquentée que par une poignée d'élus : une trentaine d'élèves par an.

Durée du cycle : De 10 à 18 ans.
Méthode de recrutement : Un corbeau vient déposer un objet ensorcelé, on dit qu'il s'agit d'une boussole contenant une carte enchantée mais les rares visiteurs de l'établissement subissant un sort d'amnésie, aucun étranger ne saurait la décrire. L'animal est revêche, qui plus est, et il faut parvenir à lui arracher le butin sans le blesser.
Uniforme : Robe de sorcier rouge sang sur uniforme intégralement noir, fourrure de mise car les lieux ne sont guère confortables, la rigueur prime en ces lieux.

Mahoutokoro
École de magie asiatique
Lorsque la Fédération Chinoise a pris le pouvoir sur tout le continent asiatique, la communauté magique de ces régions a décidé de s'unir afin de concerter ses forces face à la suspicion grandissante contre les mages. Mais suite à la fermeture des écoles de magie, Mahoutokoro était devenue une coquille vide, tout juste un lieu touristique pour la communauté magique asiatique. En Avril 2112, lorsque la Fédération Chinoise déclara la magie comme prohibée, beaucoup tentèrent de fuir le pays. D'autres en revanche, choisir d'organiser une forme de résistance. Comme une évidence, Mahoutokoro devint leur quartier général, pour l'instant à l'abris des mains et des yeux de la Fédération Chinoise.

Les autres écoles de magie
Toutes les autres écoles du globe sont abandonnées, ou tout juste entretenues par la communauté magique pour éviter qu'elles ne tombent en ruine. Aucune nouvelles des trois écoles australiennes et de Castelobruxo.

Important : vous ne pouvez donc avoir étudié que dans trois écoles : Uagadou, Tahoera’a, Durmstrang (uniquement les personnages nés en Russie et très aisés). Seule exception : les personnages âgés de plus de 67 ans.
Dim 28 Oct - 14:34
Voir le profil de l'utilisateur http://casibellorum.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: