:: Le monde de 2112 :: Fédération Chinoise :: Katmandou Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hide and seek (daji&min-seo)
avatar
avatar : Bae Doona
crédits : 400 LUX, Candy Apple, Dublin, Kane, Saturn, Vodka Paradise
Messages : 52
Points : 86


âge : 38 ans
nature : Non-sorcier
particularité(s) : Force et réflexes améliorés, bras droit mécanique. Implants : PAR, vue et ouïe améliorées.
métier - occupation : Propriétaire et PDG de Nalgae Corp. Espionne pour la Ligue.
lieu de résidence : Katmandou mais elle séjourne au Consortium Suisse pour affaires.
statut civil : Célibataire
pro-moldus
Il y a quelque chose de terriblement étrange à vivre seule dans un appartement luxueux de 150 mètres carré, quand on a passé presque toute sa vie dans une toute petite chambre aux murs vierges. On l'a préparé à bien des choses, Min-Seo, pourtant l'humain ne peut être changé fondamentalement ; jamais il ne sera tout à fait prêt à des changements aussi brutaux. Même plusieurs mois après s'être installée dans ce logement, si gracieusement loué par le Consortium, Min-Seo ne s'y sent pas à l'aise. Toute occasion est bonne pour le fuir, quand elle n'est pas en rendez-vous d'affaire.

Cette sortie en revanche, elle l'a planifié depuis près d'une semaine. C'est la quatrième fois depuis son départ qu'elle retourne à Katmandou. Deux fois convoquée à la Ligue pour faire son rapport. Deux fois, de son propre chef, pour exactement la même raison que ce soir. Traquer Nüwa Wen. Son seul échec. La cause de son humiliation, qui a bien failli tout lui faire perdre... Le souvenir est cuisant et Min-Seo a eut toutes les peines du monde à chasser de ses pensées cette sorcière qui lui a glissé entre les doigts. Sa mission actuelle, la plus importante qui soit, lui demande toute sa concentration ; elle se doit de mettre fin à ces idées parasites en attrapant la fugueuse.

Bien évidemment, la Ligue n'est pas au courant. Ils n'ont jamais donné cet ordre - après son échec, ils ont même expressément indiqué qu'elle ne devait pas reprendre la traque, que d'autres s'en chargeraient. C'est pourquoi avant de quitter l'appartement, Min-Seo trafique sa puce électronique. Illégal, bien entendu, mais seul un contrôle poussé permettrait de s'en rendre compte. Jusqu'à tard dans la nuit, sa géolocalisation serait erronée ; quelqu'un vérifiant le fichier en question resterait convaincu qu'elle est bien au Consortium Suisse. Alors que la brune est déjà en train de passer les contrôles de sécurité du centre de téléportation. À peine émerge-t-elle dans les rues de Katmandou, qu'elle se sent déjà plus confortable. La foule grouillante de la Fédération, ses immeubles serrés et son absence de végétation, lui sont plus familiers et rassurants que les belles rues spacieuses et entourées d'arbres du Consortium. Ici, il est plus facile de se fondre dans le décors, plus simple de passer inaperçue. Elle s'arrête brièvement dans un café, et se change dans les toilettes de celui-ci ; son beau costume convient à la population du Consortium mais pas tant à certains quartiers de Katmandou. Elle troque chemisier et jupe contre veste en cuir et jeans. Ses délicates lunettes, qui ne sont qu'un accessoire visant à peaufiner son personnage, disparaissent dans sa mallette.

Les deux dernière fois, Min-Seo a été malchanceuse. Daji Wen n'a absolument pas montré signe de vie. D'après ses informations, elle quitte rarement son lieu de travail - mais l'interroger là-bas est impossible, trop risqué. La Ligue a certes autorité et elle pourrait s'en servir comme laisser-passer, mais cela attirerait l'attention et elle n'est plus assignée à cette mission. Les règles sont donc très différentes.

Guetter, voilà ce à quoi elle est réduite. Elle prend soin d'éviter qu'on voit son visage en passant sous les caméras de surveillance. Un doute la travaille depuis peu ; et si Daji avait accés aux données de ces caméras ? En théorie, impossible. Mais dans ce cas, pourquoi n'est-elle jamais rentrée quand Min-Seo se trouvait dans le coin ? Elle chasse cette idée folle, improbable. Cette gamine est certes roboticienne, mais cela ne signifie pas qu'elle est capable de telles choses. C'est de la malchance, voilà tout. Le quartier étant particulièrement calme, Min-Seo décide de tenter une intrusion. La première fois où elle est venue, c'est ce qu'elle a fait ; sans parvenir toutefois à trouver le moindre élément sur Nüwa ou sa potentielle planque. Déjouer les portes et les systèmes de sécurité n'est pas bien complexe dans cette modeste résidence. La porte de l'appartement cède vite face à l'outil qu'elle utilise, à la pointe en la matière. Elle referme soigneusement derrière elle puis se glisse dans un coin de la pièce la plus éloignée de l'entrée. Plus qu'à espérer que ce soit le bon soir, que Daji se décide enfin à rentrer chez elle.

Les minutes passent avec une lenteur insupportable. Enfin, le bruit qu'elle attendait ; la clé qui tourne dans la serrure. Son flingue à la main, Min-Seo attend avec patience que sa cible entre, décidée à jouer de l'effet de surprise.

_________________
who am i going to be when
the curtain is drawn?
they whisper to me, "take it all"
Jeu 8 Nov - 18:58
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar : fernanda ly
Messages : 13
Points : 22


âge : 26 ans
nature : non-sorcier
particularité(s) : petit génie en terme d'informatique et de technologie
métier - occupation : roboticienne le jour, cyberterroriste, connu sous le nom de Mogui, en quête de vengeance la nuit
lieu de résidence : Katmandou en ce moment, mais elle bouge beaucoup
statut civil : célibataire
pacifique
Une alerte dans le coin de son œil droit. Elle est encore là. La jeune femme soupir. Elle en a pas apprit autant qu'elle le voulait sur sa mystérieuse visiteuse... enfin si, une chose, elle est de taille, si on en croit la reconnaissance d'image il s'agirait de la PDG d'un groupe d’aéronautique... ou quelque chose dans ce goût là. Plusieurs théorie ce sont multiplié dans l'esprit de la roboticienne. Quelqu'un qui chercherait à la débaucher ? Pourquoi ne pas venir la voir directement ici ou lui envoyer un mail ? Elle prend une vis, ajuste un bras. Ça l'intriguait trop. Elle avait pousser plus loin, essayer de comprendre et ce qu'elle a vu ne lui plaisait pas. La mère de la dame aurait été une scientifique liée à la ligue. Elle n'avait aucune preuve que la fille emprunté le chemin de la mère. Rien, absolument rien sur le net ne laissait supposé cela. Néanmoins Daji avait ordonné au robot ménagé de brûler toutes les photo de Nüwa trois jours plus tôt, elle avait fait de même à son bureau et avait consciencieusement effacé toute trace de l'ordre. A vivre dans une dictature, on devient paranoïaque. Si ce n'était pas la ligue, alors c'était peut être Mogui qui était recherché et là... Là, elle ne savait plus quoi faire. Pourquoi ne pas lui avoir envoyer les flics alors ? On voulait acheter ses services ? La faire chanter ? Dans tout les cas il était temps que ce petit jeu cesse, ce n'était pas bon pour ses nerfs et ça l'empêchait de se concentrer. Un dernier regard vers le tchat crypté qu'elle utilisait pour communiquer avec Ghost. Une phrase s'y inscrit : ma tante est venue me rendre visite. un code qui voulait basiquement dire que si elle ne donnait plus de nouvelle dans les quarante-huit heures il devrait s'inquiéter. Oui, vivre dans la Fédération ça vous rendait paranoïaque. Le tchat fut quitté et elle vérifia que tout ses logiciel suspect étaient désinstallé ou inaccessible. Deux fois. Trois fois... quatre fois. Une caresse à Shifu, de la nourriture pour Momo et Bao mit sur messagerie... L'air de rien elle attrapa ses affaires sales et les mit dans un sac. N'ayons l'air de rien, elle revenait juste faire une lessive. Une nouvelle alerte. La porte de son appartement avait été ouverte. Merde... si elle sait crocheter une porte c'est pas madame tout le monde.. Il ne fallait pas compter sur son robot ménager pour agir. Le mieux qu'il pourrait faire ce serait de proposer un verre à l'intruse... si il y avait quelques choses à proposer. Daji passait tellement peu de temps chez elle qu'elle n'avait pas vu l'intérêt d'équiper son intérieur d'un robot digne de ce nom. Luttant contre l'envie de précipiter la confrontation, la jeune roboticienne décida de pousser le vice de la normalité jusqu'à faire quelques courses. De quoi se faire un repas pour deux jours, de la lessive... Elle ne devait pas donner l'impression d'être sur le qui-vive... Tout était normale, elle rentrait de chez elle après une journée de travail, elle n'était pas une personne rechercher, juste une jeune roboticienne prodige avec des habitudes un peu étrange. La présence de la femme n'était qu'une donnée à traiter, rien de plus. Une donnée. Un imprévu. Un bug. Les bug il fallait juste trouver la bonne formule et ils disparaissaient. Elle avait prit toutes ses précaution, alors rien ne devrait la relier à Mogui... car elle en était sûr maintenant. C'était bien pour ça que la femme était là. Pourquoi d'autre ? C'était la seule chose que Daji pouvait se reprocher. Emmitouflé dans son manteau vert trop large, un pantalon noir moulant et confortable, ses cheveux rose dissimuler sous un bonnet de laine grise... Elle tenait plus de l'adolescente paumée que du génie. La tête rentrée dans les épaules, elle sentait l’appréhension monter en elle à chaque pas supplémentaire. Sa main tremblait légèrement et elle dut s'y prendre à deux fois pour trouver la serrure, mais quand elle passa la porte elle avait réussit à récupérer son visage inexpressif habituel. L'appartement n'était pas bien grand malgré ses trois pièces. Tout était meublé avec le stricte minimum et avec les meubles les plus basique qui soit. Rien de personnel, un vrais catalogue, impersonnel à souhait. D'un geste elle alluma la lumière. Putain... Elle est où?! Surtout retenir sa curiosité. D'abord la première porte de gauche, la salle de bain. Faire tourner la lessive comme si de rien était. « - Guan jia, fais chauffer deux casseroles d'eau, une pour le thé, une pour les nouilles. Fait attention à ce qu'elles ne se touchent pas. » Daji avait ses petites manies, elle détestait quand les couverts, les plats, les verres se touchaient... tout devait rester bien séparé. Au loin elle entendit le robot se mettre en marche. Si il n'était pas en silencieux, il aurait sûrement prévenu Daji qu'elle avait de la visite, mais cette dernière avait très vite désactivé la voix de la machine. Une fois que la lessive fut programmée elle poursuivit son avancée dans son appartement. Aucune trace de l'intruse jusque là... sa tension montait et elle n'eut pas à feindre la surprise lorsque son regard tomba enfin sur elle. « - Putain ! Mais vous foutez quoi chez moi?! » S'exclama-t-elle alors qu'elle pouvait enfin voir de près celle qui la stalkait depuis trop de temps déjà. Instinctivement elle fit pivoter son bras mécanique, faisant apparaître un tournevis... l'air de rien elle se sentait un peu plus en sécurité avec cette arme rudimentaire. « - Sortez ! »

_________________

☽☽ peu importe comment mais communiquer un peu de / l'irrésistible immortel invincible inconditionnel intégralement réel pluri-émotionnel multispirituel tout-fidèle éternel amour que j'ai pour toi.

Jeu 8 Nov - 20:51
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar : Bae Doona
crédits : 400 LUX, Candy Apple, Dublin, Kane, Saturn, Vodka Paradise
Messages : 52
Points : 86


âge : 38 ans
nature : Non-sorcier
particularité(s) : Force et réflexes améliorés, bras droit mécanique. Implants : PAR, vue et ouïe améliorées.
métier - occupation : Propriétaire et PDG de Nalgae Corp. Espionne pour la Ligue.
lieu de résidence : Katmandou mais elle séjourne au Consortium Suisse pour affaires.
statut civil : Célibataire
pro-moldus
La patience. On le lui a rentré dans le crâne, à Min-Seo : cette patience nécessaire à un tel boulot, vitale même. Ne pas se précipiter. Attendre jusqu'au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard. Tous les sens en alerte, l'espionne contrôle sa respiration pour qu'aucun bruit ne lui échappe. Guan jia, fais chauffer deux casseroles d'eau, une pour le thé, une pour les nouilles. Fais attention à ce qu'elles ne se touchent pas. Il faut bien l'admettre, Min-Seo est interloquée. Les manies des civils lui semblent bien absurdes. Daji ne devrait pas tarder à entrer dans le salon et à la voir. Ses doigts se resserrent doucement autour de son arme, posée contre sa cuisse. L'objet a un poids qui l'a toujours rassuré. Le danger est pourtant minime, après tout, il ne s'agit que d'une inoffensive jeune femme. Du moins, en théorie. Si sa sœur est une sorcière, qui sait ce que Daji cache d'autre ? Des artefacts ? Des liens avec d'autres sorciers ?

Le fil de ses pensées se fige quand elle voit sa silhouette se découper à la porte. Putain ! Mais vous foutez quoi chez moi ?! Classique. Le tournevis, en revanche, un peu plus original... Mais ridicule, d'espérer se défendre avec une arme aussi dérisoire. Sortez !
Min-Seo lève le bras, le flingue à présent bien visible.
« Je ne pense pas, non. »
Elle ne peut retenir un très léger sourire en coin, à la vision de ce tournevis tendu vers elle. Ce bras mécanique est certainement utile pour une roboticienne - pour affronter une combattante en revanche, peut-être un peu moins.  « Tu vas sagement t’asseoir et nous allons avoir une petite discussion. » De la main, elle désigne avec nonchalance le sofa. « Vas-y, installes toi. »
Clic, fait la sécurité du flingue, qu'elle enlève de manière peu discrète pour que le message soit bien clair.
« Nüwa. Tu vas me dire où elle se cache. »
Il n'y a qu'elle qui puisse avoir des informations, et tous les moyens seront bons pour les lui extorquer. Plantée au milieu du salon, son arme visant toujours la tête de Daji, elle fait mine de soupirer.
« Elle me fait beaucoup trop courir. Son arrestation aurait pu être propre et rapide, et nous n'en serions pas là aujourd'hui. Si j'étais toi, je ne lui serais vraiment pas reconnaissante. Elle te complique terriblement la vie... Et elle te met en danger. »
Elle n'attend pas de réponse, Min-Seo. Imposer la terreur dès le début, voilà ce qu'on lui a enseigné. Elle avance sans prévenir, l'extrémité de l'arme venant se poser contre la tempe de la jeune femme. Il n'y a rien de personnel dans tout cela pourtant. C'est simplement sa mission, du moins cela l'était ; et Min-Seo ne supporte pas l'échec, pas alors qu'elle a été programmée pour la perfection. Cet échec, il est la preuve de sa faiblesse, la preuve qu'elle n'est pas aussi efficace que ce que ses parents espéraient d'elle. Les dents serrées, elle recrache sa frustration et sa haine sur Daji. La colère perce dans sa voix habituellement si calme, alors qu'elle est à deux doigts de perdre contenance.
« Parles, maintenant. Où est-elle ? »

_________________
who am i going to be when
the curtain is drawn?
they whisper to me, "take it all"
Dim 11 Nov - 0:42
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: